regards sur l'islam

religion de paix et de tolerance
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 4 ième pilier:le jeune

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
laetitia
Admin(absent)
avatar

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : nord
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: 4 ième pilier:le jeune   Mar 21 Nov - 19:08

salam alaykoum
bismillah ar rahmani ar rahim

Le jeûne le quatrième pilier de l’islam


La signification du jeûne


Le verbe arabe sâma, duquel dérive le nom siyâm, signifie s'abstenir complètement de manger, de boire, voire de parler ou de faire quelque chose.

Comme devoir religieux, le siyâm veut dire le jeûne complet de l'aube au coucher du soleil. La personne en état de jeûne ne peut ni manger, ni boire, ni avoir de rapports sexuels avec son conjoint. Ce devoir religieux incombe à la personne musulmane, pubère et douée de raison. Si c'est une femme, elle ne doit avoir ni règles, ni couches.

Le Messager d’Allah (Salla Allah ‘alih wa Salam) dit, dans un hadith transcendant qu’il relate d’après son Seigneur : "Allah Taala dit : « Toute œuvre accomplie par le fils d’Adam lui revient sauf le jeûne, lequel M’appartient et Je donne sa rétribution. Il y abandonne sa nourriture et sa boisson pour Moi »

En réalité, toutes les œuvres reviennent à Dieu étant donné que le Noble Coran dit : "Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent. Je ne cherche pas auprès d’eux une subsistance ; et Je ne veux pas qu’ils me nourrissent. En vérité, c’est Allâh qui est le Grand Pourvoyeur, Le Détenteur de la force, l’Inébranlable." (Sourate 51, versets 56 à 58)

Cependant, le présent hadîth transcendant rapporté par le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) d’après son Seigneur : "Toute œuvre accomplie par le fils d’Adam lui revient sauf le jeûne" car toutes les autres œuvres sont sujettes à l’ostentation et au m’as-tu-vu du fait qu’il s’agit d’œuvres apparentes et visibles. On peut ainsi voir les prières, leurs inclinations, leurs prosternations et la présence dans les congrégations. L’aumône légale se voit par les biens au moment de leur versement aux ayants droit. Le pèlerinage se voit également par le voyage, les circombulations et la station de `Arafah, etc.

Le jeûne quant à lui comporte des aspects intérieurs occultés au regard, des aspects cachés que nul ne sonde sauf taala. C’est pourquoi Dieu déclara le jeûne véridique et exclusif comme étant une œuvre purement vouée pour Sa Face et dont la rétribution est généreusement démultipliée si bien que Dieu submerge Son Serviteur des flots de Sa miséricorde et de Son bienfait. Il se peut que le hadîth évoque cette raison dans la phrase : "Il y abandonne sa nourriture et sa boisson pour Moi."

Commentant ce hadîth, l’Argument de l’Islâm Abû Hâmid Al-Ghazâlî, dit : "Deux raisons expliquent pourquoi le jeûne revient exclusivement à Allah, et est honoré en ce qu’il Lui est directement attribué — bien que toutes les œuvres Lui soient vouées — exactement comme la Maison Sacrée est honorée — alors que la terre entière Lui appartient.
Premièrement, le jeûne est une abstention et, en même temps, c’est une œuvre secrète que personne ne peut constater, alors que toutes les autres œuvres cultuelles sont accomplies au vu et au su d’autrui. Le jeûne, lui, n’est visible que de Dieu, il se passe dans le for intérieur où s’exerce une patience pure.

Deuxièmement, il revient à dominer l’ennemi de Dieu. Les passions et les désirs sont, en effet, l’arme favorite de Satan. Celles-ci se renforcent par la nourriture et la boisson. Aussi, le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) dit : "Le diable envahit le fils d’Adam comme le sang parcourt ses veines, rétrécissez donc les voies qu’il emprunte par la faim."

Le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) dit : "Celui qui jeûne le mois de Ramadân avec un cœur empli de foi et de constance envers Dieu verra ses péchés passés pardonnés."

Ce hadîth indique que le Ramadân est une occasion pour revenir à Dieu, implorer Son pardon et se repentir à Lui de nos faux-pas et de nos péchés. Lorsque l’individu s’engage dans le mois de Ramadân et le jeûne de manière exclusive et totalement vouée à Dieu, repentant de son péché et armé de sa foi, Dieu l’absout de ses péchés passés.

Les péchés pardonnés sont ceux qui concernent l’individu et son Seigneur. Les péchés qui relèvent des droits des autres humains doivent être réparés auprès des personnes lésées tant qu’elles sont encore vivantes et que l’individu est capable de s’en acquitter. Les Imâms ont en effet indiqué que le repentir est conditionné par le regret et l’abandon du péché, la volonté ferme de ne plus y retomber et la restitution des droits à qui de droit. Celui qui jeûne le Ramadân avec foi et sincérité doit nécessairement s’être repenti de manière sincère.

Pourquoi Dieu a-t-Il institué et prescrit le jeûne ?


Dieu fit du mois de Ramadân une saison d’obéissance et de dévotion. C’est un mois qui, chaque année, rend visite aux musulmans pour influencer positivement leur société, éduquer leurs êtres et éveiller leurs cœurs. Il s’agit en quelque sorte du printemps des êtres qui procure la vie aux cœurs et la purification aux âmes. C’est une saison qui revient après onze mois où les musulmans sont pris dans les engrenages de la vie ici-bas. Onze mois où les artifices de l’ici-bas et ses passions déteignent sur eux, si bien qu’ils sont touchés par quelque paresse, léthargie et déséquilibre. C’est alors que le Ramadan arrive avec son jeûne, ses prières nocturnes et ses œuvres cultuelles, chargé de ses dons divins et de sa spiritualité, pour secouer ces corps paresseux. Il ne cesse de les éveiller avec la baguette de son éducation et de les éclairer des lumières de son raffinement jusqu’à ce qu’ils atteignent à son terme une conscience spirituelle accomplie, une droiture physique et une passibilité psychologique. Ces acquis leur serviront de subsistance dans leur cheminement, jusqu’au Ramadan suivant et ainsi de suite. C’est ainsi que la droiture se renouvelle, la réforme se raffermit par la piété et la guidance et la Parole de Dieu se réalise : "Ô vous qui avez cru ! Le jeûne vous a été prescrit comme il a été prescrit à vos prédécesseurs, ainsi atteindrez-vous la piété." (Sourate 2, verset 183.)

Certains diront peut-être qu’il est des gens qui ne profitent du Ramadân ni sur le plan de la purification, ni sur celui de la formation. En réalité, ceux-là sont ceux qui ne jeûnent pas selon le mode islamique que Dieu a institué. Pendant le mois du Ramadan, ils inversent l’ordre des choses, recherchent un objectif à l’opposé de ce que le jeûne vise et usent d’une stratégie déviante. Ils abusent de la nourriture et font de leur ventre un dépôt pour des couches d’aliments. La digestion peine et l’estomac se gâte. De même, ils veillent de façon immodérée, puis abusent du sommeil au cours de la journée. Il s’ensuit une inaction, une perte de temps et une paresse manifestes. Mais ce n’est ni Ramadân ni le jeûne qui sont à blâmer. Le défaut réside dans leur pratique déviante et leur application incorrecte. Ramadân est un mois de modération et non pas une saison d’excès. C’est un mois d’adoration et non de paresse. C’est un mois de perfection et d’excellence et non pas un mois où les responsabilités sont perdues et les conséquences des actes non calculées.
Jeûnons comme Dieu le veut afin d’atteindre la piété qui écarte le mal et qui couvre l’être humain de droiture et de réforme
salam alaykoum http://islamoncoeur.xooit.com/t1434-Le-je%FBne-le-quatri%E8me-pilier-de-l-islam.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
4 ième pilier:le jeune
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les piliers du Jeûne
» Le jeûne du Ramadan quatrième pilier de l'Islam
» Un jeune corse...mais lequel ?
» Vania MOISSEIF le jeune martyr de Volontirovka
» Le plus jeune prisonnier politique du monde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
regards sur l'islam :: les 5 piliers de l'islam-
Sauter vers: