regards sur l'islam

religion de paix et de tolerance
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'expédition de Tabouk

Aller en bas 
AuteurMessage
laetitia
Admin(absent)
avatar

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : nord
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: L'expédition de Tabouk   Dim 19 Nov - 22:11

salam alaykoum
bismillah ar rahmani ar rahim

Cela se passait au mois de Rajab de la 9ème année après l'Hégire, en plein été. La chaleur était à son comble. On souffrait de la sécheresse, mais à Médine les fruits avaient mûri et les récoltes promettaient d'être délicieuses. Ka'b Ben Malek raconte :"Quand il partait en expédition, le Prophète (saw) ne manifestait jamais sa véritable intention. L'expédition de Tabouk faisait exception. Le Prophète (saw) la mena par une chaleur extrême en affrontant un long voyage à travers le désert pour rencontrer des ennemis très nombreux. Afin que les Musulmans fassent des efforts proportionnés, il leur dévoila les fatigues et les obstacles qu'ils auraient à surmonter au cours du voyage et l'effectif considérable de l'ennemi".

Ce fut ainsi une marche pénible. Les hypocrites trouvèrent des prétextes pour ne pas participer au combat et se trahirent vite tandis que la foi des Croyants sincères se montra au grand jour. Les Croyants quant à eux, accoururent de toutes parts à l'appel du Prophète (saw) qui demanda aux plus riches de procurer des montures aux démunis. Ils cédèrent aux pauvres tout ce dont ils pouvaient se passer en argent et en armement. Othman céda trois cent chameaux scellés et 1000 dinars qu'il mit à la disposition du Prophète (saw). Celui ci déclara "les erreurs que Othman pourra faire à l'avenir lui seront toutes pardonnées". Abou Bakr se désista de tout son argent. Omar sacrifia la moitié de ses richesses.

Quelques Musulmans que l'on nomma plus tard "Les Pleureurs" vinrent trouver le Prophète (saw) et lui demander des montures pour prendre au Jihad. Par manque de moyens, ils partirent en pleurant de ne pouvoir participer au Jihad. L'armée des Musulmans comptait 30 000 combattants.

Abou Khaïtama retourna à sa famille par une journée de chaleur. Il trouva deux de ses épouses l'attendant chacune sous une tonnelle dans un pré lui appartenant, lui ayant préparé à boire et à manger. En voyant cela, il déclara "Il ne sera pas dit que le Messager d'Allah (saw) aura marché sous un soleil de plomb et dans la tempête tandis qu'Abou Khaïtama se serait prélassé à l'ombre devant un repas bien garni, en compagnie d'une belle femme. Et s'adressant à ses épouses, il dit :"Par Dieu, je n'entrerai chez aucune d'entre vous, je vais de ce pas rejoindre le Prophète".

Quand il se rapprocha des Musulmans qui étaient à Tabouk, le Messager d'Allah (saw) dit :"Ô Seigneur ! fasse que ce soit Abou Khaïtama !". Les Musulmans lui dirent qu'il s'agissait de lui. Au cours de ce voyage, les Musulmans vécurent de dures épreuves. Ils se relayaient à tour de rôle pour monter les montures, ils tuèrent des chameaux pour pouvoir boire l'eau emmagasinnée dans leurs bosses, ils étaient prêts à égorger leurs montures pour pouvoir se nourrir avec l'accord du Messager mais Omar intervint et dit :"s'ils égorgent les bêtes, nous n'aurons plus assez de montures. Tu devrais leur demander ce qu'il leur reste de provisions en invoquant Dieu de le multiplier".

Le Prophète (saw) fit étendre une nappe et invita les Musulmans à apporter ce qui restait de leurs provisions. Après avoir invoqué Dieu, la nourriture se multiplia [ Auto-plagiat : voir chapitre La bataille du Fossé - Khandaq -. Un plagiat d'un plagiat de l'évangile plagiant l'Ancien Testament = plagiat3(Bible) : Un plagiat de la Bible au cube ! ] les Musulmans purent se servir, ils remplirent tous les récipients du camp et mangèrent à satiété. Le Prophète (saw) déclara :"Je certifie qu'il n'y a qu'un Dieu et que je suis Son Prophète. Dieu met le paradis à portée de ceux parmi Ses serviteurs qui ne connaissent pas le doute et qui prononcent cette double profession de foi".

A Tabouk, les Musulmans ne rencontrèrent aucune résistance, l'armée ennemie s'était dispersée. Youhanna, le gouverneur d'Aïla demanda la paix au Messager d'Allah (saw) qui l'accepta contre un tribut. Les habitants de Jarba et d'Adzrah en firent de même. Le Prophète (saw) leur communiqua ses conditions par écrit.

En passant vers les ruines du peuple ancien de Thamoud, le Prophète (saw) convia ses Compagnons en ces termes :"N'entrez pas dans les maisons de ceux qui se sont fait tort à eux mêmes, qu'en pleurant de peur que vous ne subissiez le même sort". Il se couvrit la tête et pressa le pas jusqu'à ce qu'il eut traversée la vallée.

Arrivés à Médine, le Prophète (saw) dit à ses Compagnons "Ici se trouvent des hommes qui vous ont accompagnés tout long de votre voyage". "Ils nous ont accompagnés tout en étant restés à Médine ?" s'exclamèrent les Compagnons ! "Si, ils ont été retenus à Médine malgré eux" répondit le Messager d'Allah (saw).

Le Prophète (saw) rentra à Médine le mois de Ramadan de la même année. Il s'était absenté pendant deux mois.

A son retour à Médine, le Prophète (saw) entra dans la Mosquée où il fit deux rakaâtes ; les Musulmans qui n'avaient point participer à Tabouk sans raison valable vinrent s'excuser auprès du Prophète (saw). Ils étaient plus de 80. Il accepta leurs excuses à l'exception de Ka'b ben Malek, Mourara Ben Ar Rabî et Hilal Ben Omaya. Il ne les pardonna qu'après la révélation de quelques versets en ce sens. Cela fut également relaté dans un long hadith rapporté par l'Imam Al Bokhari.

CE QU' IL FAUT EN TIRER

* L'expédition de Tabouk fut une prodigieuse épreuve par ses embûches, ses difficultés et les souffrances qu'elle fit subir aux Musulmans. Mais le Jihad que Dieu impose aux hommes est exactement cela ; une lutte continue pour la cause de la religion de Dieu et de Sa Législation. C'est tout ce que Dieu exige de Ses serviteurs. Il les soutient quand ils accomplissent sa volonté en luttant contre les incrédules et en ramenant à la foi les athées. En retour de la sincérité de l'armée musulmane, Dieu leur donna la victoire en leur épargnant le combat. En effet, Dieu sema la peur dans le coeur des ennemis qui aussitôt se dispersèrent.

* Le Jihad contre les ennemis de l'Islam ne se limite pas à l'attaque de l'ennemi, voire, il ne doit pas se restreindre à cela. Le Jihad implique beaucoup de dépenses en matériels de guerre, il est donc impérieux que les Musulmans y participent en proportion de leurs moyens si l'Etat Musulman est en manque de moyens et cela à condition que l'argent de l'Etat n'ai pas été utilisé pour des dépenses superflues ou non légalisées.

* Le Coran accorda à l'expédition de Tabouk une importance particulièree qu'il ne donna à aucune autre expédition en la relatant. Nous lisons à propos de cette expédition dans la sourate "Le repentir " (n°9) des versets voire des pages entières soulignant l'importance du Jihad par le sacrifice de la vie [ A part cela, l'islam est une religion « pacifique et tolérante » et les attentats-suicide sont interdits par le Coran... ] et des biens pour la cause de Dieu, ce qui constitue la seule preuve de la sincérité du Musulman et de l'authenticité de sa foi. Tous les hypocrites furent reconnus et distingués des vrais Croyants. Les versets se succédèrent à ce sujet accusant les hypocrites et mettant les Musulmans en garde de leurs méfaits en tout temps et en tout lieu.

* Le Coran nous met donc en garde contre les Hypocrites car ces derniers sont la cause de la plupart des malheurs que les Musulmans subissent [ Humm... quand on lit la biographie de Mahomet et le Coran on dirait plutôt que la cause de la plupart des malheurs que les Musulmans subissent c'est de prendre le Coran comme référence et Mahomet comme modèle à suivre ]; l'ennemi des Musulmans ne peut les atteindre que par une seule voie : celle de la traitrise. Seuls les hypocrites arrivent à diviser les rangs des Musulmans et par la suite à les affaiblir. Dieu dit à ce propos : "S'ils étaient partis avec vous, ils n'auraient fait qu'ajouter à votre trouble ; ils auraient semé la défiance parmi vous en cherchant à vous inciter à la révolte, puisque certains d'entre vous les écoutent attentivement. Mais Dieu connaît les injustes" (verset 47/9).

Ce qui est le plus dangereux dans leur attitude, c'est qu'ils combattent l'Islam en son propre nom et le dénigrent au moyens de ses propres armes. Ils manipulent les lois de l'Islam au nom de la réforme et de la souplesse de l'esprit en prétendant demeurer fidèles à l'esprit de la loi islamique pour en faire des règles juridiques artificielles et mensongères qui satisfont leurs intérêts ou ceux de leurs maîtres.

La leçon que les Musulmans doivent tirer de cette étude est de se méfier des hypocrites qui vivent parmi eux mille fois plus que l'ennemi externe.

* Nous constatons au cours de cette expédition, la légalité du paiement d'un tribut de la part des gens du livre. Ces derniers sauvegardent ainsi leur vie et leurs biens [ Les gens du livre, juifs et chrétiens, ont donc le droit d'être... rackettés ! L'islam est une religion « pacifique et tolérante », pas de doutes là-dessus... ] . Le tribut (Jézia) est un impôt pécunier tenant lieu de Zakat pour les Musulmans, mais la différence entre le tribut et cette dernière, c'est que la Jézia est du domaine judiciaire uniquement alors que la zakat fait partie à la fois de la juridiction et de la religion.

Ceux qui sont soumis à cet impôt [sont des dhimmis, encore une notion islamique particulièrement « pacifique et tolérante ». ] se considèrent comme obéissant à la législation islamique judiciaire au sein de la société musulman quoiqu'ils ne soient pas Musulmans de religion. C'est pourquoi ils ne doivent pas transgresser ses lois mais il leur est permis de désobéir à des coutumes que leur propre religion admet comme la consommation d'alcool...

Les gens du Livre peuvent à la différence des athées et des païens s'intégrer dans une société musulmane [ Quant à la possibilité pour des musulmans de s'intégrer dans une société des gens du livre, athée ou païenne, ceci n'est pas envisagé par l'islam, ce qui est la définition même de la « tolérance islamique » ] et dans son système d'organisation tout en demeurant fidèles à leur religion. Quant aux athées, les païens et les autres communautés semblables, ils ne présentent rien de commun avec les Musulmans qui permette leur intégration ; car il est impossible que l'athéisme ou le paganisme puisse s'accorder avec la législation islamique sur n'importe quel plan, étant radicalement opposés dans leurs bases et leurs racines.

* Lors du passage de l'armée musulmane vers les ruines anciennes de Thamoud, le Messager d'Allah (saw) a ordonné d'accélérer le pas et de méditer sur le sort de ce peuple ancien. Dieu a sans doute laissé ces traces de Sa colère sur la Terre en guise de leçons à l'encontre de ceux qui sentent et réfléchissent ; un grand nombre de Ses versets le prouvent. Passer devant ces ruines avec insouciance en ne s'intéressant qu'à leur aspect artistique, aux formes et aux dessins qu'ils recèlent constitue une faute grave.
Que de leçons et de morales de cette sorte, pouvons-nous puiser dans les ruines ? Mais les Hommes ne discernent que leur valeur historique et artistique faisant fi de leur signification morale.

* A son retour à Médine, le Messager d'Allah (saw) excusa un grand nombre d'hypocrites de ne pas avoir participé au combat mais il punit sévèrement les Musulmans sincères d'après le récit de Ka'b Ben Malek.
Pourquoi le Prophète (saw) se montra t-il indulgent avec les hypocrites et choisit-il par contre la manière forte avec les Musulmans sincères ?

Nous répondrons que la sévérité et la fermeté dans leur cas est signe de respect et d'amour, ce que ne méritent pas les hypocrites. Ces derniers sont définitivement considérés comme étant des incrédules, des blasphémateurs et rien de ce qu'ils possèdent dans ce monde ne pourra les sauver du fond de l'abîme, ni du feu, le Jour de la Résurrection.

Ibnoul Qayim déclara à ce propos :"C'est ainsi que se comporte Dieu avec Ses serviteurs pour les punir de leurs délits. Il corrige Son fidèle serviteur qu'Il aime et honore pour la moindre erreur et reste à l'affût de la plus petite défaillance. Mais ceux qui ont perdu Sa considération et ne méritent plus son respect, Il les laisse à leurs fautes, voire toutes les fois qu'ils commettent un délit, Il les récompense par un bienfait.

* Concernant la sanction qui fut donnée aux trois Musulmans qui firent défection lors de l'expédition de Tabouk, on peut dégager les points suivants :

1. La possibilité d'isoler un individu pour une cause d'ordre religieux. Le Prophète (saw) interdit aux Musulmans de leur adresser la parole voire même de leur rendre le salut.
2. L'épreuve que Dieu envoya à Ka'b lorsqu'un émissaire du roi de Ghassan le convia à le rejoindre. Que de personnes ont glissé dans ce piège et continue à le faire aujourd'hui !
3. Le fait de se prosterner en guise de remerciement lorsque l'on reçoit une bonne nouvelle. En effet, Ka'b se prosterna en entendant la voix de celui qui lui annonçait la nouvelle du pardon de Dieu. ......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'expédition de Tabouk
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 3 compagnons déserteurs lors de l'expédition de Tabouk
» Expédition d' Espagne en 1823
» 18.10.1840 : L'expédition met la voile
» Le supervolcan de Toba; Expédition extrême aux origines de l'humanité
» Expédition (ghazwa) d'el Abwâ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
regards sur l'islam :: islam :: le prophète mohammed (salallahu alayhi wa salam)-
Sauter vers: