regards sur l'islam

religion de paix et de tolerance
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le traité de hodeybia

Aller en bas 
AuteurMessage
laetitia
Admin(absent)
avatar

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : nord
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: le traité de hodeybia   Dim 19 Nov - 21:51

salam alaykoum
bismillah ar rahmani ar rahim

C'est à la fin de l'an 7 de l'Hégire que fut conclu ce traité. Le Prophète (saw) apprit aux Musulmans qu'il se rendait en visite pieuse (Omra) à La Mecque. Un grand nombre de Mohajirinnes et d'Ansars l'accompagnèrent. Ils étaient environ 1 400. Le Prophète (saw) se mit en état de sacralisation (Ihram) et emporta des offrandes afin que les Qoreichites sachent qu'il venait en paix dans le seul but de visiter la Maison et de la glorifier.

En cours de route, le Messager d'Allah (saw) demanda à son espion Bichr Ben Soufian de lui rapporter des nouvelles des Mecquois. Après avoir effectué sa mission, ce dernier les rejoint et déclara au Prophète (saw) "Les Qoraichites rassemblent leurs combattants pour te repousser et t'empêcher de visiter la maison". Le Messager (saw) demanda l'avis de ses Compagnons. Abou Bakr As Siddiq (raa) lui dit "O Prophète ! l'objet de ton intention est le pélerinage, sans aucune intention de guerre, poursuis ta route vers la Maison et celui qui nous empêchera d'y arriver sera combattu". Le Messager d'Allah (saw) dit "Est ce que quelqu'un connaît un autre chemin où les Qoreichites ne nous attendront pas ?". Oui répondit un guerrier de la tribu d'Aslam".

Ce fut chose faite, les Musulmans empruntèrent un autre chemin mais difficile. En cours de route, la chamelle du Messager d'Allah (saw) "Qaswa" s'arrêta et ne voulut plus bouger. Les Musulmans dirent "Elle est devenue vieille et fatiguée", le Prophète (saw) leur répondit "Celui qui l'a immobilisé n'est autre que Celui qui a immobilisé l'éléphant". Le Prophète (saw) poussa sa chamelle qui se releva immédiatement et changea son chemin pour camper à l'extrémité de Hodeybia près d'une mare pauvre en eau.

Les Musulmans éprouvaient une grande soif et la mare ne pouvait donner l'eau nécessaire, le Prophète (saw) prit une flèche de son arc et demanda à ce qu'un trou soit pratiqué dans la mare. Celle ci se mit à déborder [ Et hop, encore un petit coup de photocopieuse sur la Bible : cette histoire plagie celle de Moïse frappant un rocher de son bâton pour en faire jaillir une source (Exode 17-6) ] tant que les Musulmans étaient présent et elle put, grâce à Dieu, étancher leur soif. Non loin de l'endroit Ka'b et Amr Ben Louay campaient avec leurs familles. Le Prophète (saw) fut avisé de leur présence ainsi de leurs mauvaises intentions de faire du tort aux Musulmans. Le Messager (saw) dit aux Musulmans"Nous ne sommes pas venus combattre qui que ce soit, nous sommes en visite pieuse. La guerre n'a fait qu'accabler les Qoreichites et leur causer beaucoup de pertes. S'ils le veulent bien, je suis prêt à conclure une trêve...".

Les Qoreichites furent avisés de cette proposition de trêve et décidèrent d'envoyer Souhail ben Amr pour signer avec lui un traité de paix. Le Prophète (saw) convoqua un scribe (Ali selon l'Imam Moslim) et lui ordonna d'écrire.

"Ecris Au Nom de Dieu Miséricordieux, Celui qui fait Miséricorde"

Souhail dit :"Par Dieu, j'ignore ce que Miséricordieux signifie. Et s'adressant à Ali "Ecris plutôt : Au nom de Dieu".

Les Musulmans affirmèrent qu'il n'écriraient rien qu'au nom du Dieu Miséricordieux, Celui qui fait Miséricorde. Mais le Prophète (saw) dit à Ali : "Ecris au nom de Dieu" puis "les Conditions (de paix) acceptées par Mohamed, le Messager de Dieu sont les suivantes".

Souhail l'interrompit "Si nous savions que tu es Le Messager de Dieu, penses tu que nous t'aurions combattu et penses tu que nous t'aurions interdit l'accès à la Maison Sacrée ?", et s'adressant à Ali (raa) il lui dit, "Ecris plutôt "Mohamed Ben Abdallah".

le Messager d'Allah (saw) déclara "Vous avez beau me contredire, je suis bien le Messager d'Allah !". Souhail s'adressa à nouveau à Ali et lui dit "Ecris Mohamed Ben Abdallah !". (Selon Moslim, Ali refusa, le Prophète lui demanda de lui indiquer l'endroit où ce terme était écrit et il l'effaça lui-même".

Le prophète (saw) déclara à Souhail "Vous devrez nous laisser la Maison pour que nous puissions faire les circuits sacrés". "Par Dieu" dit Souhail, nous ne voudrions pas que les Arabes croient à notre défaite. vous pourrez faire votre pélerinage l'année prochaine et vous ne porterez aucune arme si ce n'est que le sabre dans son fourreau" par ailleurs les Mecquois qui vous rejoindront, même ceux qui auront embrassé votre religion, devront nous être rendus. Toutefois, celui d'entre vous qui nous rejoindra, ne vous sera pas rendu !

Une fois le traité conclu, un groupe de Musulmans et un groupe de Qoraichites devaient en témoigner. Bien entendu, ce traité ressemblait d'après les Compagnons plus à une défaite qu'à une victoire. Les conditions dans lesquelles les Qoreichites avaient dicté leurs exigences étaient ressentis comme un rabaissement. Moslim rapporta dans un hadith ce qui suit entre Omar ben Al Khattab (raa) et le Messager d'Allah (saw) :

"Omar vint trouver le Prophète (saw) et lui dit "N'es-tu pas réellement le Prophète ? "Oui, je suis le Messager d'Allah (saw) répondit Mohamed (saw) !". N'es-tu pas dans le vrai et nos ennemis ne sont-ils pas dans l'erreur ?" Le Messager (saw) répondit par l'affirmative. "Nos morts ne vont-ils pas au Paradis et leurs morts à eux ne vont-ils pas en enfer ?" Si répliqua le Prophète (saw) ! "Dans ce cas pourquoi deshonorer notre religion ?". Le Prophète répondit "En tant que Son Messager, Je ne puis désobéir à Dieu, Il est mon Seul Soutien." Ne nous as-tu pas dit que nous visiterions la Maison et ferions les circuits sacrés ?" Si, mais ai-je précisé que nous le ferions cette année même ?" "Non" répondit Omar. [ Omar, Mahomet t'a niquer ]

Dans son impatience, Omar (raa) adressa à Abou Bakr (raa) les mêmes questions qu'il avait posées au Messager. "Le Prophète ne désobéira jamais à Dieu, Dieu ne permettra pas à Son Prophète de s'égarer !". C'est dans ce contexte délicat que le Prophète (saw) reçut la révélation de la sourate "Le Secours". Il en fit part à Omar Ibnoul Khattab en lui précisant que cela était un signe de victoire. Omar (raa) en fut heureux !

Le Prophète (saw) ordonna à ses compagnons de se raser la tête et de sacrifier leur offrande. Il répéta cet ordre trois fois. Comme personne ne faisait mine de l'écouter, le Prophète (saw) s'en plaignit à son épouse, Oum Salama qui lui dit "Ne leur adresse pas la parole, sacrifie ton offrande et fais toi raser la tête !". Le Prophète (saw) s'exécuta, il fut aussitôt suivi avec zèle par tous les Musulmans.

Ayant appris que le traité fut signé, quelques Musulmans dont Oum Koulthoum la fille de Oqba quittèrent La Mecque et vinrent se réfugier à Médine. Dieu révéla à leur sujet "O vous les Croyants ! Lorsque des Croyantes qui ont émigré viennent à vous, éprouvez les. Dieu connait parfaitement leur foi. si vous les considérez comme des Croyantes, ne les renvoyez pas vers les incrédules, elles ne sont plus licites pour eux, ils ne sont plus licites pour elles" (verset 10 sourate 60). Le Prophète (saw) se garda bien de livrer ces femmes aux incrédules.

Il faut noter qu'avant que le traité soit conclu, le Messager (saw) avait envoyé Othman Ben Affane (raa) aux Qoreichites pour discuter de la paix. Les Qoreichites le retinrent pendant un certain temps. Le Prophète (saw) apprit que Othman avait été tué. Il se jura de le venger et appela les Musulmans à lui prêter allégeance, c'est ce qu'ils firent sous un arbre en un endroit appelé Radwan. Les Compagnons lui serrèrent la main à tour de rôle en lui jurant qu'ils ne déserteraient pas. Puis le Messager (saw) se serra la main en déclarant "Ceci est pour Othman".

Le Messager d'Allah (saw) devait apprendre plus tard que la nouvelle de l'assassinat de Othman (raa) était fausse.

CE QU' IL FAUT EN TIRER

* Ce traité fut uniquement l'oeuvre de Dieu dans laquelle la prestation du Prophète (saw) se manifesta avec éclat. Il suscita l'étonnement des Musulmans et leur admiration.

* La possibilité aux Musulmans de recourir à des Non Musulmans : lorsque le Prophète (saw) envoya son espion Bichr Ben Soufian. Ce recours n'est possible que si l'on en a une pleine confiance.

* De la délibération : La délibération dans la législation islamique est légale sans être obligatoire. Elle vise à dégager les différents points de vue des Musulmans, à obtenir l'avis spécialisé de certains et à tranquiliser l'esprit de celui qui opère cette consultation. Si le gouverneur apprécie les avis, il peut les suivre, sinon, il adopte son propre point de vue en s'assurant bien entendu que cette décision ne s'oppose pas à un texte paru dans le Coran, la Sunna ou à une décision unanime. Nous en voyons l'exemple lorsque le Prophète durant ce récit ne se conforma pas aux décisions de ses Compagnons contrairement à certaines situations où leurs avis furent retenus (Salman Al Farisi pour la tranchée, Saad Ben Moadh pour les Banous Qoraidza...).

* Il est évident que le traité de Hodeybia ouvre la voie à la conquête de La Mecque. Selon Ibn Al Qayim, il fut la clé qui y donne accès. Les Musulmans ne s'en rendirent pas compte car l'avenir leur était inconnu. Peu de temps après la signature de ce traité, les Musulmans commencèrent à comprendre l'importance de cette trève et les avantages qu'elle recelait. Les gens eurent confiance les uns les autres ; les musulmans se mêlèrent à la foule des polythéistes en les exhortant à se convertir et en leur récitant des versets du Coran ouvertement et en toute sécurité. Tout ceux qui n'osaient avouer leur conversion la révélèrent au grand jour. C'est pourquoi le Coran désigna ce traité de paix par le mot victoire. Dieu a dit "Oui, Dieu confirme la vérité de la vision accordée à son Prophète. Vous pénètrerez donc en sécurité dans la Mosquée sacrée, si Dieu le veut, la tête rasée et les cheveux coupés et vous n'aurez pas peur" (verset 27/48).

* Nous avons vu comment le Prophète Mohamed (saw) accorda aux polythéistes toutes les conditions qu'ils exigèrent malgré l'étonnement des Compagnons qui se sentaient humiliés. Cela relève bien que le Prophète (saw) agissait sous l'impulsion divine [ ou plus simplement qu'il était plus fourbe et moins con que les grosses brutes qui lui servaient de compagnons... ] car les Compagnons avaient jugé sa conduite d'un point de vue strictement humain, en n'en saisissant que ce que leur esprit ne leur permettait de comprendre tandis que le Messager (saw) s'élevait au dessus du niveau de l'humanité. En fait, ce dernier ne voyait devant lui qu'un seul but : exécuter la volonté de Dieu.

* L'étonnement et l'anxiété de Omar (raa) se dissipa lorsque le Messager (saw) lui récita la sourate "Naçrou" et c'est à cet instant que les Musulmans comprirent que les conditions du traité dont ils craignaient les conséquences constituaient en fait les facteurs mêmes de la victoire.

* Nous avons vu que le Traité obligeait les Musulmans à rendre les fuyards mecquois qui se rendaient à Médine, cette clause déplut beaucoup aux Compagnons. Cependant, Dieu dans sa Sagesse allait y remédier. En effet, tous les fuyards, sachant qu'ils ne pouvaient se rendre à Médine dans le but de ne pas causer du tort aux engagements pris par les Musulmans lors du traité, se retrouvaient vers le littoral. Etant donné que ces Musulmans n'étaient liés par aucun pacte, ils attaquaient les caravanes polythéistes qui cheminaient dans le secteur, si bien que les Mecquois demandèrent aux Prophète (saw) de bien accepter l'anulation de la clause concernant les fuyards.

* Les Savants conclurent qu'il était permis de recourir à une trêve entre les Musulmans et leurs ennemis pour une période bien définie. D'autres Savants tels que Ach Chafiî ou l'Imam Ahmed affirment que la trêve doit être limitée à une période ne dépassant pas 10 ans car c'est la durée que le Prophète (saw) imposa à Hodeybia. Certaines trêves peuvent être conclues avec une indemnité pour les Musulmans ou sans indemnités comme cela fut le cas à Hodeybia.

* Après la signature du Traité, la conduite du Messager d'Allah (saw) se rapportant à la désacralisation, les sacrifices et le rasage, montrent que le pelerin empêché peut se désacraliser en égorgeant un mouton ou son équivalent là où il serait empêché, qu'il fut en visite pieuse ou en pélerinage. .........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le traité de hodeybia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Papier] Traité d'héraldique
» De Martonne, Traité de géographie physique
» Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens
» Le traité des trois imposteurs
» La Passion de la Terre. Traité d'écologie sacrée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
regards sur l'islam :: islam :: le prophète mohammed (salallahu alayhi wa salam)-
Sauter vers: