regards sur l'islam

religion de paix et de tolerance
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la bataille du fossé-khandaq-

Aller en bas 
AuteurMessage
laetitia
Admin(absent)
avatar

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : nord
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: la bataille du fossé-khandaq-   Dim 19 Nov - 19:35

salam alaykoum
bismillah ar rahmani ar rahim

Des notables Juifs de la tribu des Banous An Nadir se rendirent à La Mecque où ils incitèrent les Qoraichites à déclarer la guerre au Messager d'Allah (saw) en ajoutant :"Nous vous soutiendrons jusqu'à ce que nous l'aurons éliminé. Votre religion est meilleure que celle de Mohamed". La coalition s'étendit à d'autres tribus qui acceptèrent l'union pour le combat.

Lorsque le Prophète (saw) apprit que toutes ces tribus se préparaient à l'attaquer et que l'armée ennemie avait déjà quitté La Mecque, il fit part aux musulmans de cette mauvaise nouvelle et les consulta. Salman Al Farisi lui conseilla l'usage des tranchées. Cette nouvelle technique guerrière, ignorée jusque là par les Arabes, plût aux Musulmans. Ils quittèrent Médine et campèrent au pied du Mont Sal, tournant ainsi le dos à la montagne. Là, ils creusèrent la tranchée qui devaient les séparer de leurs ennemis. Les Musulmans étaient au nombre de 3000, quant aux Coalisés (Qoreich et autres tribus) ils étaient 10 000.

Selon un hadith rapporté par l'Imam Al Bokhari, Jaber (raa) raconte "Le jour de Khandaq, alors que nous creusions la tranchée, nous butâmes contre un rocher. Le Prophète (saw) fut mis au courant de cet obstacle rencontré dans la tranchée. Il nous répondit "Je vais descendre moi même pour voir". Il se leva alors qu'il serrait une pierre contre sa poitrine car nous avions passé trois jours sans rien manger. Le Prophète (saw) prit la pioche et en frappa le rocher qui se désintégra.

Ayant vu l'état de faim dans lequel se trouvait le Prophète (saw), je demandais l'autorisation de rentrer chez moi, autorisation qui me fut donnée. Je m'entretins avec ma femme pour qu'elle fasse un repas composé de la seule nourriture qu'il nous restait à savoir de la viande d'une petite chevrette et de pain d'orge. Je retournais voir le Prophète (saw) et lui proposais avec deux autres personnes de venir se restaurer. Le Prophète (saw) me demanda la quantité de nourriture et me dit "Dis à ton épouse de garder la viande sur le feu et le pain au four jusqu'à mon arrivée" et l'Envoyé d'Allah (saw) déclara à haute voix "O Hommes de Khandaq, Jaber vous a préparé à manger, allons chez lui !". Je retournais chez moi et dit à ma femme :"Que faire ? Le Prophète (saw) vient en compagnie des Mohajirines, des Ansariens et d'autres combattants". Mon épouse me répliqua "Est ce que le Prophète (saw) a su de quoi est composé le repas", Oui ! répondis je ! Laissons à Dieu et à Son Messager le soin d'arranger la situation ! conclua mon épouse.

Le Prophète (saw) arriva et déclara à ses hommes "entrez sans vous presser", puis il se mit à rompre le pain et à étendre la viande sur les tranches de pain ainsi coupées alors que la marmite et le four se remplissaient à nouveau au fur et à mesure que le Messager (saw) en retirait la viande et le pain. [ Plagiat du miracle de la multiplication du pain et du poisson par Jésus dans le Nouveau Testament (Mathieu 14-16), miracle qui était lui-même un plagiat de la multiplication de l'huile et de la farine par le prophète Elie dans l'Ancien Testament (1 Rois, 17-12). Plagiat de la Bible, copie, imitation... La biographie de mahomet en est farçie et le Coran aussi. ] Il distribua de la nourriture à ses compagnons en rompant le pain et en puisant la viande dans la marmite jusqu'à ce que tous fussent rassasiés en laissant beaucoup de restes ! Le Prophète (saw) dit à ma femme "Mangez et donnez ! les gens ont faim." Un compagnon raconte "Je jure par Dieu que les Hommes mangèrent à leur faim et quittèrent, en laissant la viande et le pain intacts!" (aceiweb : 300 personnes mangèrent du repas -Allahou âlam-). [ Aceiweb ne connait ni l'histoire de la multiplication du pain et du poisson par Jésus dans le Nouveau Testament (Mathieu 14-16) ni celle de la multiplication de l'huile et de la farine par le prophète Elie dans l'Ancien Testament (1 Rois, 17-12) -Tourloutou wam wam- ]

Les hypocrites qui travaillaient dans la tranchée hésitaient à participer au travail ou travaillaient peu ou rejoignaient leurs familles à l'insu du Messager d'Allah (saw), quant aux Musulmans, si l'un d'eux avait quelque course urgente à satisfaire, il obtenait d'abord du Prophète (saw) la permission de se retirer momentanément puis reprenait son travail. (voir verset 62/24).

Pendant ce temps là, les Coalisés envoyèrent Houyay pour qu'il prenne contact avec le Chef des Banous Qoraidza, clan qui vivait à Médine et qui était lié à la Constitution élaboré avec les Musulmans. Dans un premier temps, le Chef Ka'b ben Assad Al Qoraidzi refusa en disant "Tu es venu me trouver pour m'humilier à jamais. Malheur à toi, laisse moi à mes occupations, Mohamed m'a habitué à la loyauté et à la sincérité". Mais Houyay insista et finit par convaincre le chef qoraidzite de trahir les Musulmans.

La nouvelle parvint, après vérification, aux Musulmans. Le Prophète (saw) devaient affronter avec son armée une attaque extérieure (Coalisés) et intérieure (Banous Qoraidza). Il demanda conseil à ses Compagnons qui lui assurèrent de son soutien en lui disant "Traiter avec l'ennemi, par Dieu ce n'est point cela ce que nous voulons. Nous les combattrons à la pointe de nos épées et Dieu sera notre arbitre !". Le Prophète invoqua Dieu pour leur donner la victoire comme il le fit aux précédentes batailles.

Lorsque les Polythéiste se lancèrent à l'assaut, ils furent impressionné par la tranchée, malgré quelques incursions négatives, ces derniers décidèrent de camper autour de la tranchée, encerclant les Musulmans de toutes part. Il n'y eut pas de bataille. En effet, Dieu épargna aux Musulmans le combat, les armées polythéistes seront vaincus par deux moyens indépendants :

* Le premier de ces instruments de victoire était représenté par un homme nommé Naîm Ben Massoûd qui vint apprendre au Prophète (saw) sa récente conversion à l'Islam et sa soumission à ses ordres. Le Prophète (saw) déclara "Que peut faire un seul homme ? Cependant tu pourras recourir à la ruse, la guerre elle-même n'est que tromperie".

Naîm se rendit chez les Banous Qoraidza qui le croyaient encore polythéistes et les persuada ne se pas s'empêtrer avec les Coalisés dans une guerre contre les Musulmans sans que les Coalisés ne leur donnent des otages afin que les banous Qoraidza ne soient pas seul à lutter à Médine contre Mohamed (saw), les Banous Qoraidza approuvèrent pleinement Naïm.

Par la suite, Naîm se rendit chez les Coalisés en leur disant "Prenez garde, les Banous Qoraidza sont revenus sur leur association avec vous, ils projettent de kidnapper avec des Musulmans quelques uns de vos notables en vue de les livrer à Mohamed. Si des membres des Banous Qoraidza viennent à vous vous demander des otages, ne leur confiez aucun de vos Hommes !

La tromperie fut si bien réussie que les Coalisés entre eux ne se faisaient plus confiance et voyaient la trahison partout.

* Le second moyen consiste en un vent violent en une nuit sombre et froide qui vint renverser les marmites des ennemis des Musulmans et arracher leurs tentes et après une dizaine de jours de siège qu'ils avaient imposés aux Musulmans. Le Messager d'Allah (saw) demanda à Houdaifa ben al Yaman de se rendre au camp des polythéistes afin de les espionner. A son retour, je fis part au Prophète de la panique de l'ennemi. Le lendemain matin, les polythéistes avaient quitté les lieux. Le Prophète (saw) et ses compagnons retournèrent à Médine.

Au cours de cette expédition, le Prophète (saw) eût un retard de prière, après avoir fait halte, certains musulmans prièrent la prière du Asr après le coucher du soleil suivie de la prière du Maghreb.

CE QU' IL FAUT EN TIRER

* Encore une fois, cette expédition s'organisa autour de la trahison des Juifs. [ A part cela, les musulmans ne sont pas anti-juifs. La preuve c'est que le Coran traite les juifs de faux, de pervers, de mécréants, de méchants, d'hypocites etc... ! ] Ils incitèrent les tribus à se coaliser contre les Musulmans et allèrent même jusqu'à obtenir l'alliance des Banous Qoraidza qui étaient liés par des pactes et des promesses avec les Musulmans alors que ces derniers n'avaient pas mal agi envers eux pour les amener à manquer à leurs promesses.

* Le spectacle qu'offraient les Compagnons du Prophète (saw) en creusant la tranchée comporte une morale importante et nous montre comment la société islamique pose les bases de l'égalité et que la justice et l'égalité ne sont pas des slogans superficiels pour l'Islam mais constituent la base réelle des principes de l'Islam. Connaissez vous beaucoup de chefs d'Etats et de Ministres travaillant de leurs mains et éprouvant la faim. Le Messager (saw) ne se contenta pas à partir d'un abri sûr, de surveiller les Musulmans chargés de creuser la tranchée et ne s'approcha pas d'eux au cours d'une cérémonie pimpante et solennelle, tenant une pioche du bout des doigts pour en frapper le sol d'un seul coup marquant le début des travaux et leur donnant l'illusion d'avoir participé au piochage et ensuite jetant la pioche au loin et leur tournant le dos en secouant les grains de sable qui se seraient accrochés à son manteau. Le Messager (saw) participa réellement aux travaux comme n'importe quel autre combattant et se couvrit de sable et de poussière au point qu'on ne pouvait le distinguer des autres ouvriers. Tels sont les principes de l'Islam qui préconisent l'égalité du gouvernant et du gouverné, du riche et du pauvre, du prince et du mendiant. Cette égalité à sa source dans la religion islamique. Elle consiste dans la soumission de tous les hommes à Dieu sans considération de classes.

* Le Prophète (saw) lutta contra la faim qui le tenaillait au cours du piochage, il serrait une pierre contre sa poitrine tout comme un affamé qui ressent un mal dû à un estomac vide. Qu'est ce qui le poussait à supporter tant de peines et de souffrances ? Est ce l'ambition du pouvoir ? ou le désir de s'enrichir ? ou serait ce encore le désir de se faire des partisans et des disciples ? Toutes ces ambitions étaient en flagrante contradiction avec ce que le Prophète (saw) ressentait et endurait. Comme l'homme qui ne rêve que de renommée et de pouvoir est loin de la patience et de la soumission de celui qui subit tant de souffrances.

* Le récit de Jaber révèle l'altruisme du Messager (saw). Comment peut-on imaginer que le Prophète (saw) puisse abandonner ses Compagnons en plein travail alors que la faim les tenaillaient pour s'isoler avec trois ou quatre compagnons en se prélassant et en se nourrissant de viande et de bon pain alors qu'il a pitié de ses Compagnons plus qu'une mère pour ses enfants !

* Le Prophète (saw) considérait qu'il était solidaire de ses compagnons ; qu'il partageait avec eux tous les biens si minimes soient-ils ainsi que les épreuves si grandes et si nombreuses soient-elles !. Dieu permit le miracle de la multiciplité de la nourriture pour le récompenser d'aimer si fort ces compagnons et de s'en remettre à la volonté de Dieu. Le lecteur doit réfléchir à ce soutien de la Providence Divine fourni au Messager (saw) à l'occasion d'évènements concrets , car il s'avère évident au lecteur attentif que ce soutien souligne l'aspect de la personnalité de Mohamed en tant que Prophète (saw). [ Hum... il s'avère surtout évident que cela souligne essentiellement que les musulmans ne connaissent pas le miracle de la multiplication du pain et du poisson par Jésus dans le Nouveau Testament (Mathieu 14-16), ce qui ne leur permet pas de voir que le miracle de la multiciplité de la nourriture n'est qu'un plagiat, tout comme le miracle de Jésus était lui-même un plagiat de la multiplication de l'huile et de la farine par le prophète Elie dans l'Ancien Testament (1 Rois, 17-12). Plagiat de la Bible, copie, imitation... La biographie de mahomet en est farçie et le Coran aussi. ] Que le lecteur retienne cette vérité qui fut rapportée par des dizaines et des dizaines de Compagnons !

* Le Messager d'Allah (saw) consulta ses Compagnons pour la suite à donner suite à l'information concernant la trahison des Banous Qoraidza. Ce passage nous montre deux points à savoir d'une part que le Messager (saw) voulait s'assurer du bon moral de ses fidèles compagnons et de leur conviction que Dieu allait leur donner victoire et d'autre part de souligner l'importance et la nécessité de délibérer.

* Nous voyons à nouveau que le Prophète (saw) recourut au même moyen qu'il avait utilisé au cours de l'expédition de Badr à savoir l'imploration de Dieu à laquelle le Prophète (saw) ne cessait de recourir chaque fois qu'il rencontrait l'ennemi ou allait au combat. Ce type de recours doit nous rappeler que la fidélité et le recours sincère à Dieu, constituent la cause la plus importante de la victoire et que la force ne sert à rien sans ce recours à Dieu, qui conduit les Musulmans à des victoires miraculeuses.

* Nous avons vu que le Prophète (saw) a dû faire la prière du Asr avec la prière du Maghreb. Cet évènement nous précise que les prières doivent être faites quelque soit l'évènement qui les ont empêché. Il faut noter que le fait de ne pas faire sa prière alors que rien ne l'empêche constitue un grave péché. Le Prophète (saw) dit "Les Polythéistes nous ont distraits de la prière intermédiaire, la prière du Asr, que Dieu mette le feu à leurs maison et à leurs cimetieres" (hadith rapporté par Moslim). Nous voyons ici l'importance que revêt cette prière dite "médiane". Par ailleurs, souvenons nous ce que le Coran dit à propos du Prophète Soleyman (as) qui fut distrait par ces chevaux si bien qu'il en oublia la prière médiane. L'importance de cette prière est confirmée dans une multitude de hadiths authentiques ainsi bien sûr et en premier lieu dans le Coran. Aussi, Frères et Soeurs en Islam ne soyez pas les gens de la sourate Maouna (l'ustensile)..........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
la bataille du fossé-khandaq-
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La bataille du Fossé - Khandaq
» Bataille d'EYLAU (Russie)
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..
» Historique de la bataille de Ligny

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
regards sur l'islam :: islam :: le prophète mohammed (salallahu alayhi wa salam)-
Sauter vers: