regards sur l'islam

religion de paix et de tolerance
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 les banous qainouqas,la bataille d'ohod

Aller en bas 
AuteurMessage
laetitia
Admin(absent)
avatar

Féminin Nombre de messages : 360
Localisation : nord
Date d'inscription : 13/11/2006

MessageSujet: les banous qainouqas,la bataille d'ohod   Dim 19 Nov - 19:10

salam alaykoum
bismillah ar rahmani ar rahim

En l'An II de Chawal, Le Prophète (saw) rassembla les Banous Qaïnouqas pour les convier à l'Islam et leur dit : "O Peuple des Juifs, crains que Dieu Gloire à Lui le Très Haut ne se venge de toi comme Il s'est vengé de Qoreich (durant Badr), puisque tu sais, à présent que je suis un prophète et un Envoyé de Dieu. Tu trouveras mon avènement clair dans ton livre." Les Juifs répliquèrent "O Mohamed, penses-tu vraiment que ton peuple est de notre trempe ? Ne sois pas dupe de tes partisans, ils ignorent tout de l'art de la guerre. Voici l'occasion de te mesurer à nous, tu sauras ainsi que nous sommes les plus forts."

Quelques temps après, une Musulmane se rendit chez un joaillier, les hommes voulurent la dévoiler, mais elle refusa, alors, le joaillier releva secrètement l'extrémité de sa tunique sur son dos et la noua. Elle se leva découvrant ses parties intimes et poussa un cri. Un Musulman se jeta sur le joaillier et le tua et il fut tué à son tour. Ce fut la première violation de la constitution. Ayant appris ceci, le Prophète (saw) assièga les Banous Qaïnouqa. Abdallah Ben Oubaï Ben Saloul, plus connu sous le nom de "Tête des Hypocrites" demanda grâce au Prophète pour que ses proches soient bien traités.

le Prophète (saw) ordonna que le Clan quitte Médine, chose qui fut faite sur le champ. Les Banou Qaïnouqa allèrent s'installer à Adhrat (Cham) où ils périrent dans leur majorité. Certains Musulmans qui avaient contracté une alliance avec ce clan se rendirent auprès du Prophète (saw) et se désengagèrent des Banou Qaïnouqa pour l'infâmie commise envers la Communauté.

CE QU' IL FAUT EN TIRER

* Lorsque le Prophète (saw) rassembla les Banous Qaïnouqa, il leur précisa que son avènement était annoncé dans leurs livres. En effet, les Juifs savaient pertinemment que viendrait un Prophète (saw) dans un pays de palmiers, lorsqu'ils se rendirent compte que Dieu avait choisi un Prophète issu du peuple arabe, ils le désavouèrent.

* Cet épisode nous montre que le voile imposé à la femme par l'Islam doit couvrir non seulement son corps mais aussi son visage. Sinon, les Juifs n'auraient pas été tentés de la dévoiler. Ils voulaient uniquement narguer ses sentiments religieux qui étaient apparents et bien sûr défier les Musulmans car ils n'hésitèrent pas à menacer ouvertement le Prophète en disant "Voici venu l'occasion pour toi de te mesurer à nous".

* Cet évènement provoqué par les Juifs de Qaïnouqa dénonce la haine secrète qu'ils portaient aux Musulmans. S'ils avaient respecté la Constitution qu'ils avaient conclu avec les Musulmans, ces derniers n'auraient jamais proféré une parole contre eux, ni touché à leur maisons. Mais, leurs mauvaises intentions se retournèrent contre eux.

* Abdallah Ben Oubaï Ben Saloul s'était converti à l'Islam par pure hypocrisie. Avant l'arrivée des Musulmans à Médine, cet hypocrite devait être proclamé Roi de Médine. Il accueillit l'Hégire des Musulmans avec haine et nous verrons dans d'autres récits qu'il ne laissait passer aucune occasion susceptible de nuire aux Musulmans. Malgré cela, le Prophète (saw) connaissant ses intentions, le traita en tant que Musulman, ne lui retira pas sa protection, ni ne le traita en polythéiste, apostat ou faux croyant laissant le jugement de cet homme à Dieu. Cela pour éviter, et jusqu'à la fin des temps, aux Musulmans de juger leur corréligionnaires hypocrites qui composent la Communauté. Ce fut la raison pour laquelle, l'Envoyé de Dieu (saw) accepta l'exil des Banou Qaïnouqa. Cependant, les Musulmans tenaient les hypocrites à l'oeil observant attentivement leurs comportements, cela est devoir certain et constant pour les Musulmans.

* Les Musulmans qui s'étaient alliés avec le Clan Qaïnouqa se désistèrent de leur engagements. Dieu révéla à ce sujet un verset interdisant aux Croyants de se lier d'amitié avec des Non Croyants :
"O vous qui croyez ! ne prenez pas pour amis intimes les Juifs et les Chrétiens ! Ils sont amis les uns des autres. Celui qui parmi vous, les prend pour ami, est des leurs. Dieu ne dirige pas le peuple injuste." (verset 51/5)
Cette interdiction ne signifie pas que l'on doit les haïr. [ Nous voilà rassurés ! ] En effet, le Musulman ressent de la colère envers les non croyants, colère provoquée par leur désobéissance à Dieu. Ce sentiment reflète la pitié qu'il ressent envers le non croyant, tout comme l'on pourrait considérer la colère d'un père agissant dans l'intérêt de son fils car il ne fait pas plaisir au Musulman de savoir qu'un Non Croyant aura sa place en enfer, en effet le Musulman se doit de souhaiter pour tous ce qu'il souhaite pour lui-même. Cela n'interdit pas non plus aux Musulmans de se montrer parfois indulgent si la justice l'exige ou de respecter les conventions conclues avec eux. La Justice doit être constamment appliquée, et ni la colère provoquée par la désobéissance à Dieu ni la haine, ne doivent jamais entraver l'application des principes de la Justice. Dieu dit "Que la haine envers un peuple ne vous incite pas à commettre des injustices, soyez justes ! la justice est proche de la piété..." (verset 8/5)


La bataille d'Ohod

Les chefs qoreichites qui avaient survécu à la bataille de Badr décidèrent à l'unanimité de venger leurs morts. Des tribus arabes se joignirent aux Mecquois. Quand ils quittèrent La Mecque, ils étaient au nombre de trois mille. A Médine, le Prophète (saw) convoqua ses Compagnons et leur demanda si les Musulmans devaient attendre l'ennemi à Médine ou bien aller à leur rencontre, bien que le Prophète (saw) désira combattre l'ennemi à Médine, il fut décidé d'aller au devant de l'ennemi. Le Prophète (saw) revêtit son armure et quitta Médine à la tête de 1000 hommes le 7 du mois de Chawal 32 mois après l'hégire.

A mi-chemin, Abdallah ben Oubaï ben Saloul déserta avec sa troupe (300 hommes). Certains Musulmans demandèrent au Prophète (saw) de demander de l'aide aux Juifs conformément à la Constitution. L'Envoyé d'Allah (saw) leur répondit "Nous ne devons pas nous faire aider par des idolâtres contre des idolâtres". Les Musulmans dont le nombre dépassait 700 combattants, campèrent dans un défilé d'Ohod. Le Prophète (saw) rassembla 50 archers au sommet de la Montagne en leur faisant les recommandations suivantes :"Gardez vos positions et couvrez nous de derrière. Si vous nous voyez triomphant, ne vous mêlez pas à nous et si vous nous voyez massacrés, ne nous prêtez aucune assistance".

La bataille eût lieu et faisait rage, l'étendart fut confié à Mossâb ben Omaïr. les polythéistes étaient en pleine débâcle, les Musulmans, triomphants, se ruèrent sur le butin. Les archers en oublièrent les recommandations du Prophète (saw) et descendirent de la Montagne pensant que la guerre était finie. Seuls quelques Musulmans campèrent sur leurs positions en exhortant les autres hommes à garder leurs places.

Khaled Ben Al Walid, l'un des Stratèges Qoreich, vit que les Musulmans n'avaient aucune arrière garde. Il s'ensuivit un revirement de situation favorable à l'armée polythéiste. Khaled ben Al Walid contourna la montagne avec ses cavaliers et tous se ruèrent sur les Musulmans qui furent pris "entre deux feux" à savoir, la cavalerie dans leur dos et l'armée qoreïche en face d'eux. Ce fut une débâcle complète pour les Musulmans, le Prophète (saw) fut blessé dans la bataille suite à une rumeur certains combattants pensèrent qu'il était mort...

La bataille finit par se calmer et les polythéistes se retirèrent satisfaits de leur victoire. Quant aux musulmans, ils pleurèrent leurs morts : Hamza ben Abdelmottaleb, Mossâb ben Omaïr et bien d'autres. Le Prophète (saw) pleura beaucoup la perte de son oncle qui fut mutilé par l'ennemi, il demanda à ce que les morts soient rassemblés deux par deux dans des linceuls et il enterrait en premier ceux qui étaient les meilleurs connaisseurs du Coran. Il donna l'ordre de les enterrer sans nettoyer leurs blessures, ni embaumer leurs corps et ni faire la prière mortuaire.

De retour, à Médine, les déserteurs et hypocrites dirent aux Musulmans "Vous auriez dû nous suivre, si vous nous aviez écouté vous n'auriez pas perdu tous ces hommes, vous n'auriez pas dû aller au devant de l'ennemi et au contraire les attendre à Médine..."

Les Polythéistes voulaient en finir une bonne fois pour toutes avec les Musulmans et avaient décidé après les festivités liées à leur victoire de se rendre à Médine. Le Prophète (saw) quitta à nouveau Médine malgré les blessures et la grande fatigue et campèrent à 20 kilomètres de la ville où ils allumèrent de grands feux afin que l'ennemi pût les voir de loin et croire qu'ils étaient très nombreux. Un Polythéiste se rendit à Ohod où festoyait l'armée mecquoise et leur tint ce discours "Mohamed est à la tête d'une armée dont l'effectif dépasse tout ce que j'ai connu jusqu'à présent, ils sont mûs par une haine terrible...". Dieu sema la panique dans le coeur des Polythéistes qui regagnèrent bien vite La Mecque.

CE QU' IL FAUT EN TIRER

* Le comportement significatif des hypocrites est riche de sens. Nous en concluons que les Musulmans doivent éviter d'avoir parmi leurs rangs tous les éléments incrédules qui s'y faufileraient. Par ailleurs, ces hypocrites voulaient profiter de l'Islam en s'emparant des butins (Badr) et ont fui face au doute de leur victoire évitant ainsi toute gêne qui pouvaient les toucher.

* Certains compagnons demandèrent au Prophète (saw) de recourir à des non croyants. La réponse du Prophète (saw) fut nette. Un grand nombre de savants ont interdit ce genre d'association lors du combat. Cependant, l'Imam Chafiî a dit que tout non croyant qui prodigue des bons conseils aux Musulmans et en qui ils ont confiance peut être appelé pour l'aide lorsqu'elle s'avère nécessaire. Ce fut le cas lors de la bataille de Honeïn, lorsque l'Envoyé d'Allah (saw) fit appel à Safwan Ben Omayya qui était non musulman. Ces conclusions sont valables de nos jours, les Musulmans doivent garder l'oeil sur les hypocrites sans leur faire du tort et par ailleurs peuvent demander l'assistance à des non musulmans, lorsque cela s'avère nécessaire.

* Le Prophète (saw) avait ordonné à 50 archers de garder la montagne. Le fait que l'obéissance à l'Envoyé d'Allah n'a pas été respectée, ce fut toute l'armée qui en fut pénalisée par la défaite et un nombre important de martyrs. Beaucoup de Musulmans se sont détournés de nos jours de la loi de Dieu et des règles du Prophète (saw). Le résultat en est désastreux, la communauté mondiale musulmane est confrontée à de graves problèmes (Palestine, Irak, Tchétchénie...). Cet oubli des règles de Dieu a engendré la dispersion des liens d'unité et de fraternité. Cet évènement de la bataille d'Ohod nous l'a démontré à savoir qu'une désobéissance à Dieu et au Prophète (saw) est cause d'un tort dont on n'en mesure pas souvent les effets désastreux.

* Durant la bataille, des rumeurs sur la mort du Prophète (saw) circulèrent dans les rangs des Musulmans. Dieu dans Sa Sagesse révéla le verset 144/3 comme une leçon d'endurance afin que les Musulmans prennent conscience que Mohamed (saw) est un humain dont sa destinée n'est pas entre ses mains et que la Mort peut le toucher tout comme elle a touché les précédents Messagers. Cette épreuve eut des conséquences positives le jour où le Prophète (saw) rejoignit réellement le Créateur, les Musulmans y étaient, malgré leur fort attachement au Messager, mieux préparé.

* Le sacrifice des Compagnons pour protéger le Prophète (saw) fut une marque réelle d'amour qu'ils portaient pour le Messager. Seuls l'amour et la foi en Dieu et ensuite à Son Messager peuvent amener à ce haut degré.

* Le Prophète (saw) participait aux batailles et ne restait pas retranché dans un quartier général. Il était proche de ses compagnons même dans les situations difficiles. De nos jours, les Chefs d'Etats et les Stratèges envoient des milliers d'hommes à la mort et suivent le déroulement de la guerre sur un poste TV. De temps à autre, ils rendent une visite symbolique à leurs troupes mais ne s'attardent pas sur les lieux du conflit. Est ce qu'un homme qui recherche le pouvoir et les richesses de ce bas-monde irait s'exposer au risque de perdre sa vie ? Non bien sûr ! [ Oui bien sûr si à son époque il ne pouvait pas suivre le déroulement de la guerre sur un poste TV ou par téléphone. Dernier exemple en date : Napoléon Bonaparte ] Le Prophète (saw) ne désirait pas ce bas monde et tout ce qu'il contient, son but était de diffuser la vérité même si elle s'avérait amère pour certains.

* Les Musulmans quittèrent Médine pour faire face à nouveau à l'ennemi si cela s'avérait nécessaire. Cette volonté d'action, malgré les blessures et leur état de fatigue, était guidée par l'amour que les Musulmans avait en Dieu. Ils ne recherchaient ni butin mais uniquement la victoire ou le martyr pour la cause de Dieu, traînant jusqu'au champ de bataille leurs corps ensanglantés et douloureux. Par ailleurs, Dieu accomplit un miracle, il sema la terreur dans le coeur des Polythéistes qui quittèrent à grande pompe Ohod pour La Mecque. ..........
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
les banous qainouqas,la bataille d'ohod
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» la bataille d'ohoud...
» Bataille d'EYLAU (Russie)
» Ordre de bataille des Armées à Waterloo. E-M, et Garde
» Bataille de la NIVELLE (Pyrénées-Atlantiques), 10 novembre..
» Historique de la bataille de Ligny

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
regards sur l'islam :: islam :: le prophète mohammed (salallahu alayhi wa salam)-
Sauter vers: